Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Chapitre extrait du livre "ECRITS DU TEMPS DE LA GUERRE"
en légende : photo de la NASA pouvant être traduite par "le nombril du monde"


photo de la NASA
photo de la NASA
Dans ce chapitre, Teilhard reformule le célèbre pari de Blaise Pascal : “ Dieu est ou il n’est pas. Mais de quel côté pencherons-nous ? La raison n’y peut rien déterminer; il y a un chaos infini qui nous sépare. Il se joue un jeu, à l’extrémité de cette distance infinie (…) Estimons ces deux cas : si vous gagnez, vous gagnez tout; si vous perdez, vous ne perdez rien. Gagez donc qu’il est, sans hésiter ”. »

Lutte contre le désespoir ?Fort probablement (mais pas QUE) si l’on réalise le contexte, réellement désespérant, du front de la guerre de 14-18 d'où Teilhard opte pour le choix de "gagner", voyant plus loin que le carnage infernal du champ de bataille. Il voulut délibérément être simple brancardier, lui qui avait un rang d’officier, pensant « ne pas revenir » de toute façon.
On pourrait tout aussi bien dire que Teilhard "s'accroche à la vie", aux extrémités oniriques de la vie, jusqu'au bout de ses forces.
Alors, il sort de la binarité oui/non du pari de Blaise Pascal en proposant un 3ème terme, celui du pouvoir extra-ordinaire de la foi et de l’intention, lesquelles passent via le concept « Christ, » ("concept" pouvant être accessible à certains non-chrétiens) par une complexification heureuse de l'évolution du monde créé. Rappelons que pour Teilhard le 3ème terme indispensable pour sortir du binaire coincé entre deux infinis (l'infiniment grand et l'infiniment petit) est d'en proposer un 3ème, celui de l'infiniment complexe, résultante de la prise de conscience croissante portée par un vecteur essentiel, la fine pointe d'un "fer de lance" = l'Homme ! co-créateur et co-équipier du Christ.

-à partir de la vision « tangentielle » des apparences (dehors des choses) et du « je crois ce que je vois »
-Il propose une vision « radiale » ou dedans des choses par un « " je vois ce que je crois "

1) Pour Teilhard, Le Christ est d’abord ATTRACTION anonyme à travers les efforts de tout Homme de bonne volonté. Il agit sur les intentions de chacun par stades transitoires successifs. Il est « centre imprécis», impersonnel, générique de l’union universelle (p 340) Dès lors, Chacun de nous (…) est enveloppé, auréolé d’un prolongement de son être aussi vaste que l’univers. " (p.339)

2) un MILIEU MYSTIQUE s’établit progressivement par paliers
« Quand, pour la première fois, un homme dit « JE CROIS » rien en apparence ne bouge en dehors de son âme. En réalité, cet homme, par sa parole, a opéré sur le Réel Universel ! A peine a-t-il donné son consentement à la Vérité Révélée, que toutes les Puissances créées se sont transformées autour de lui » (p 343)

3) LA CHAIR DU CHRIST selon Teilhard
-C’est Lui qui depuis le commencement est greffé dans chaque particule de matière pour "l’ informer" , la formater en lui donnant telle ou telle direction, tel ou tel mode d’attraction ou de répulsion afin d'agréger toutes sortes de monades : corps chimiques, corps végétaux et minéraux, corps animaux, corps humains, corps sociaux, corps de pensées, corps cosmiques … « Que faut-il de plus pour que nous puissions dire que, réellement, il nous informe ! » (p.350)

" Par l’INTENTION qui nous agrège en qualité de membre actif à Jésus-Christ, chacun de nos effort, dans sa totalité, va plus loin que nous ". (p 344) Cette intention n’est rien d’autre que l’expression de l’information initiale.

-Quand le moment historique est arrivé, Il est né il a vécu parmi nous, il est mort et il est ressuscité. -« Pour être l’âme de nos âmes, il faut qu’il commence par être la chair de notre chair. De là l’importance de l’Eucharistie. » (p.352)

Conclusion : un jour Dieu , depuis son pays de nulle part, Eden -utopie s’il en est- eut une INTENTION ou « pré-action » (selon Teilhard) qui se déploya pendant 7 jours mythiques. Ce « lieu » est la représentation verbale de ceux qui rédigèrent le texte fondateur de la Genèse dans un temps où la Révélation dépassait -et dépasse toujours encore- l' intellect académique humain; commencement liminaire de l’espace-temps.

Il grava de manière indélébile, au plus profond de l’Homme, son « intention » de Vie, d’Amour et de Beauté . Ainsi, IL consacra l’Homme cogérant et coresponsable de sa SCI (Société b[C]osmique
Initiale) qu’il avait créée et Il l'en crut capable malgré les risques possibles.

Le 7ème jour, Dieu se « reposa » et Il se retira dans son élément inaccessible. Auparavant, il eut soin de confier le 8ème jour de la création à son Représentant afin de parfaire et d’accomplir son oeuvre, telle qu’Il l’avait prévue. Ces choses là n’étaient plus de son niveau car il fallait la participation de l’Homme qu'Il avait créé à son image et à sa ressemblance. A cet effet, IL délégua illico son Alter-Ego, son Représentant, son Fils et Il décida que le tout ne ferait qu’un. " Les hommes sont appelés à former un seul corps, au sein d’une divinisation extraordinairement intime " (p.338)
Dans la Lumière de son Esprit Dieu vit que tout cela était Très Bon car Très Sage, très Beau et très Fort.

Sa création était lancée. La suite est toujours en cours

Dimanche 27 Novembre 2016 15:53