Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






réflexion pour septembre, chapitre extrait des "Ecrits du temps de la guerre"


"Les choses ne sont pas difficiles à faire, ce qui est difficile c'est de nous mettre en état de les faire" (Brancusi / sculpture "SOMMEIL"
"Les choses ne sont pas difficiles à faire, ce qui est difficile c'est de nous mettre en état de les faire" (Brancusi / sculpture "SOMMEIL"

-Le prêtre, c'est Pierre Teilhard de Chardin. C'est celui de La Messe sur le Monde, le lien entre l'univers et nous pour nous offrir ensuite.

-Il est celui qui fait naître l'Incarnation à chaque consécration. Il est l'exemple, le modèle. Il est le prêtre, mais représente-t-il tous les prêtres ?

-Teilhard nous analyse Teilhard.
Cette figure idéale est-elle applicable à tous ?
Le pauvre type qui a la charge d'une paroisse regroupée, débordé par l'ampleur et la multiplicité de ses tâches, peut-il – pense-t-il – à faire passer cette sublimation du Christ à travers l'univers et nous et réaliser le chemin inverse ? Oui, sans doute, de temps en temps.

Mais avons-nous besoind'une figure idéale ?
-Jésus a dit « Faites ceci en mémoire de moi » A qui l'a-t-il dit ? Aux douze ou à nous tous ?
N'aurions-nous pas nous-mêmes, chacun de nous, reçu ce même message ? Serait-ce blasphématoire de le penser ?

-Trouver Dieu dans toute vie, non seulement dans tout être, mais aussi dans toute manifestation de vie et de mouvement serait-ce blasphématoire ? N'est-ce pas cela aussi être prêtre ?

Je pense que nous pourrions tous, intimement, être prêtre.

Lundi 26 Septembre 2016 07:17