Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






chapitre extrait du livre "Ecrits du temps de la guerre"


Henri GUYOT / L’éternel  Féminin
L’intérêt majeur présenté par les idées de Teilhard a toujours été d'être conciliatoire entre les croyances religieuses et les avancées éclairantes de la science. Au point d’apparaître presque révolutionnaire par rapport à ces croyances, voire en avance. Celles ci ont été surtout significatives au sujet de l'évolution.

Mais dans le chapitre concernant l’Éternel Féminin, ses idées quoique riches dans leur présentation, ne contiennent aucune réflexion au sujet de la naissance et l'évolution du Féminin . Aucune évocation de la sélection naturelle provocant la sélection sexuelle. Chacun sait maintenant que les deux ont évolués ensemble. Tout se passe d 'ailleurs comme si avec l'évolution on assistait à une création permanente régie par de grandes règles universelles comme l'amour ( ou ce qui pour nous y ressemble) et l'information. L'information étant cette partie de la connaissance immédiate qui permet au vivant d'accomplir ce qui prendrait l'aspect d'une auto programmation. Nous sommes à ce sujet des mosaïques toujours en création ou en évolution. (Lire à ce sujet : « Dépasser Darwin » - Professeur Didier Raoult - Plon


L' évolution entraîne d'abord la diversité puis la nécessité de règles de choix. Ces règles sont nécessaires pour chaque espèce, voire à n'importe quel organisme vivant (ou en devenir) pour son adaptation et sa survie. Ce n'est peut être qu'au niveau des micro organismes que ce principe féminin a du mal a être mis en évidence ? Il est bien vrai que la ferveur d'une division sexuée n’apparaît pas dans la reproduction des amibes. Encore mesurons nous mal ou d'une façon inappropriée des phénomènes qui de ce fait restent mystérieux. Par exemple ne pourrait on pas dire, voulant se livrer à une étude archéologique de l'amour, que l'expression chimique des valences des corps simples est à ranger dans les prémices obscures des sentiments amoureux. Peut être aussi finirons nous par entendre cette voix imperceptible au milieu des incertitudes quantiques. Sans doute devrions nous diriger nos recherches dans cette voie plutôt que de créer des sommets mystiques ou spirituels précédant une vision dogmatique de nos croyances.

Autrement dit il ne faut pas faire de l'éternel féminin une montagne magique mais la manifestation visible d'un phénomène universel. C'est à dire d'un processus que l'on apprécie d'une façon romantique mais auquel nous sommes attachés de toutes nos fibres. Ce phénomène est en permanence en mouvement pour créer. Convenons cependant qu'à la lumière de nos découvertes il faut bien dire qu’aujourd’hui certains dogmes présentent l'aspect d'une pathologie psychiatrique au lieu de la puissance ex nihilo d'une révélation. Reste la représentation difficile de ce que nous ne comprenons pas ; il faut compter sur les symboles. Ceux ci sont peut-être à renouveler.










 

Dimanche 5 Juin 2016 20:26