Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Galerie

chapitre extrait des Ecrits du temps de la guerre


Jean-Pierre GIROUD / l'éternel féminin
Ce chapitre s'il est très dense dans les idées qu'il nous donne , reste cependant en de nombreux passages, complexe, difficile à comprendre; des concepts, nous le verrons, semblent contradictoires ou tout au moins être réduits à n'être compris que par bien peu de personnes. Essayons de déchiffrer quelques unes des pensées de ce texte.
Au début il est fait référence aux origines de la création;
Il écrit:

" Par moi tout se meut et se coordonne. Je suis le charme mêlé au Monde pour le faire se grouper, l'Idéal suspendu au dessus de lui pour le faire monter. Je suis l'essentiel Féminin. "
Le religieux explique qu'à l'origine du monde existe une force-énergie, un amour-moteur présent avant le début de la création. La vie du monde vivant, son aller-vers, n'est possible que parce qu'existe la force qui donne un sens, une direction; au début du monde il y a le frémissement des attractions de centres; il appelle cet état, cette énergie, l'universel Féminin; la partition première de l'amour.
Le Féminin ensuite est défini par lui en différentes autres variations; les qualités spécifiques de la vie se complexifient; Teilhard en scientifique spécialiste en paléontologie,(lire le tome 2, l'Apparition de l'Homme), explique entr'autre les phases pré-sapiens et les complexités du groupe sapiens.
L'apparition de l'homme pensant arrive à un moment du temps; alors c'est vraiment le premier avènement capital, bien des choses deviennent différentes.(...des réseaux de foyers pensants). La nature humaine, altruiste mais aussi encore animale, sait choisir; les choix pour le bien comme pour le mal, les énergies créatrices ou les attirances de destruction; les motivations vers la Vie mais aussi vers la mort;
" L'homme est synthèse de la nature...c'est toujours la même passion qui l'anime, épurée, transformée, mais vivante, l'attrait Féminin ." nous dit Teilhard.
L'auteur veut faire comprendre que le féminin, pour lui s'appelle attirance, amorisation, union ; état en soit qui n'est ni bon ni mauvais, mais composante, élément, vitalité indispensable dans le rayonnement de toute nouvelle Vie.
Et puis Teilhard parle, explique l'idéal Féminin. Il écrit: " Sous l'influence chrétienne, je combinerai jusqu'à ce que s'achève la création, leurs raffinements dangereux et subtils en une perfection toujours changeante où se résument les aspirations de chaque génération nouvelle ." Tout d'abord nous pouvons remarquer que le père ne veut occulter aucuns des aspects que lui suggère le Féminin. Il parle de raffinements dangereux et subtiles, de perfections changeantes selon les générations. On est bien loin d'une spiritualité étriquée et moralisatrice mais bien plutôt dans le vécu d'un homme ouvert, en recherche jour après jour, avec tous les risques d'exclusion, de marginalisation provoqués par cette position.
Enfin le chapitre se termine par sa vision de l'Eternel Féminin par l'Eglise Epouse de Jésus, La Vierge Marie, Mère de tous les humains; vision pour tous, ancrée vraiment dans la terre et en chemin chacun à sa mesure, selon son vouloir, avec le Divin.
 

Dimanche 29 Mai 2016 19:28