Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






Marcel PRADINES / LA FOI QUI OPERE
Dans les «Écrits du temps de guerre ,Teilhard ouvre un chapitre, intitulé «La Foi qui opère «Il part d'un constat / La peur de l'avenir

Cette peur de l'avenir , à mon avis, est constituée de deux éléments.

 

– La première peur touche nos contemporains , sans doute principalement dans les pays de l'Occident .
Elle concerne la vie de tous les jours ,du court terme ,de l'angoisse du lendemain. Celle ci provenant, le plus souvent ,de l'information marketing envahissante , écrite bien souvent par des journalistes racoleurs , plus ou moins informés et compétents ,qui cernent l'homme consommateur pour lui vendre des données et des biens inutiles et futiles,dans lesquels l'homme plonge dans un abîme où il pense trouver son bonheur .Cette peur est alimentée par des hommes politiques à court de vision à long terme, par des scientifiques maîtrisant des technologies de plus en plus dangereuses ne reposant sur aucune éthique humaine . Cette peur Appelons la « émotionnelle. »

- La seconde peur ,propre à l'homme ,due à son interrogation et sa réflexion introspective de sa conscience ,l’entraîne inévitablement vers une fin qui est sa mort, appelons la « existentielle. »

L' homme de la Préhistoire ,en passant par le Moyen Age et jusqu'au 19 me siècle ne vivait que pour subvenir à ses besoins biologiques ,c'est à dire conquérir l'utile pour survivre ,c'est à dire essentiellement chercher sa nourriture terrestre. Son présent ,se confondait avec son passé transmis par ses parents ,auxquels il se référait, son avenir était le même que celui des générations précédentes ,tout était tracé d'avance, le changement était peu sensible , il s'était adapté à sa condition. Il avait foi au soleil qui tournait autour de la Terre ,et en Dieu qui était dans les cieux. Le village , la famille , toute sa vie était limitée à son espace et à son temps. Une foi intuitive guidée par les religions déterminait un monde fixe et répétitif.
Mais dans ce dernier siècle , une peur émotionnelle a pris soudain corps en lui. Le progrès, pourtant ,oh combien bénéfique,a été trop rapide . Libéré des contraintes physiques du travail,des maladies, il a trouvé plus de liberté quotidienne ,bénéficiant de l' assistanat d'un État, succombant au vertige de l'abondance de biens. Ces éléments l'ont conduit notre Candide à croire que tout serait bien dans le meilleur des mondes. Ses croyances en ces acquis, son manque de clairvoyance , d'analyses , sa passivité ,sa vision individualiste de recherche de l'avoir, l'ont entraîné devant un mur. L’Homme se retrouve face à une terre asphyxiée,à une technologie guerrière apocalyptique, à une catastrophe écologique qu' il ne contrôle plus.Ce n'est plus un changement de forme, mais un bouleversement de fond dans tous les domaines. Le troisième infini de la complexité, que Teilhard avait mis en lumière , est bien présent .
L'Homme , avec sa condition passée difficile certes , mais déterminée ,se trouve face à un avenir incertain et indéterminé ,malgré un présent où il pourrait être heureux , se momifie dans une sinistrose angoissante qui lui occasionne une peur de l'avenir .En son temps Épicure avait formulé que celui qui ne se contente pas du peu ,ne pourra pas se contenter du plus.

Cependant , la première peur peut s'anéantir très facilement .
Le Christ a dit < cherchez et vous trouverez > Teilhard a dit J' ai trouvé et vu que la Beauté de cette Terre est de partout , alors je mets des fleurs dans ma vie qui illuminent celle- ci et annulent ma peur. C'est la base de la pensée positive .

La peur existentielle est d'un autre degré. L'Homme vivait dans un monde déterminé, fixe , avec peu de changement acceptable à sa condition car ils étaient étalés sur plusieurs siècles. Mais en peu de temps il a reçu plusieurs chocs énormes .Le premier fut envoyé par Galilée qui enlevait la terre du centre du monde,suivi par Darwin pour qui l'homme apparaissait comme un élément provenant d'une transformation due a l'évolution de la nature ;puis par Einstein nous indiquant que l'univers n'a pas de limites et qu'il est en expansion continuelle ,enfin par la découverte de la vie des particules dans l'infiniment petit .Il faut reconnaître que l'angoisse de Pascal peut se généraliser au commun des mortels.

Cependant ,Teilhard dans sa pensée en tant que scientifique s’appuyant sur ces nouvelles découvertes , fait remarquer que le chaos originel du Big-bang en libérant ces milliards de milliards de particules , s'est transformé en harmonie par l'Union Créatrice ; Quel parcours pour les atomes ,les molécules, les cellules ,la vie ,l'homme ,sa conscience ,sa réflexion ,l’amour !
Teilhard avec sa vision de grand penseur nous fait découvrir ce troisième infini celui de la « complexité ordonnée et dirigée ». L’univers cheminant du chaos à l'harmonie a bien un sens, une direction, qu’il illustre avec son symbole du cône de vie et sa flèche pointée vers encore et toujours du « plus » Pour quelle raison cette ascension s' arrêterait elle puisqu' il y a bien un sens, une signification ? Cette signification qui possède une idée comme le dit Teilhard ne peut pas être due à un quelque chose , mais forcement à un quelqu'un . La plupart des grandes découvertes sont faites grâce à l’imagination et par le langage des mathématiques consolidé par l’expérience grâce au télescope et au microscope. Ces mathématiques ne sont pas le fruit du hasard,, ce langage est inscrit dans l'univers afin que l'homme le découvre et s'en serve pour chercher, penser et découvrir
La beauté de notre terre, l'intelligence de cet univers ,et la possibilité qui nous est donnée par notre conscience de pouvoir comprendre tout ceci ne peut que nous ouvrir à croire en quelqu'un qui nous dépasse;
Comprenons ce monde ,comme le dit Teilhard ,non pas à notre échelle de temps, mais à l'échelle du du temps de l'Univers . Teilhard a dit que Dieu a lancé le monde pour qu'il se fasse ,à l 'homme auquel il a fait confiance de poursuivre cette œuvre.
La beauté , l'intelligence, la conscience ,l'amour, éléments sortis du chaos originel sont à prendre en vision et en connaissance, elles sont nécessaires et suffisantes pour opérer notre FOI ,

Cette foi , à son tour ,opère en nous et nous donne la Confiance qui aboutit à l’Espérance. Elle peut nous rapprocher, nous faire découvrir la beauté des Evangiles et de faire du Christ un compagnon de route ,pour atteindre le< Plus> par un humanisme transcendant.


 

Samedi 5 Novembre 2016 09:19