Association lyonnaise Pierre Teilhard de Chardin

Recherche






A l'étude : chapitre extrait de "Ecrits du temps de la guerre"


Renée JOUBERT / LA GRANDE MONADE
En cette nuit du 15 février 1918 ,Teilhard à l’écart du champ de bataille , observe la
lune se lever .” Salut astre symbolique !” l’invoque t -il, et la vision de notre satellite éteint, l’incite à réfléchir sur le sort de l’humanité. “ Il fût un temps où sur ces mêmes hauteurs ,aucun homme ne passait encore” dit – il.
 

Mais peu à peu les êtres humains ont occupé toute la surface de notre planète et se sont rejointes. Elles ont crée un véritable système nerveux de fils, de câbles ,ouvrant des routes terrestres, ,maritimes ou aériennes,réseau surprenant et intense de communications .Ces multiples
échanges forment autour de la Terre une sphère de réflexion mais aussi une sphère de conscience désormais planétaire.
Teilhard applaudit à la mondialisation malgré les effets négatifs qu’elle implique :crises,chômage,guerres.

Examinée à la lumière d’une Science générale du monde qui sait faire leur place aux énergies
spirituelles dans un troisième infini,la crise que nous traversons est de “signe positif
” .Ses caractères sont ceux ,non d’une désagrégation, mais d’une naissance .Ne nous effrayons donc pas de ce qui à première vue nous semblerait être une discorde finale et universelle. Ce que nous subissons n’est que le prix ,l’annonce ,la phase préliminaire de notre unanimité.”(La place de l’homme dans l’univers) Puis poursuivant l’observation de la Lune ,astre mort, ne vivant que grâce à la lumière du soleil, Teilhard nous dit sa peur : ” Et moi j’ai eu peur et le vertige s’est emparé de moi même quand mesurant les limites étroites où s’enfermait le globe radieux ,j’ai pris soudain conscience de l’isolement irrémédiable où se trouve perdue la gloire de l’humanité,” . Il rejoint ainsi Blaise Pascal : ” Le silence éternel des espaces infinis m’effraie.”(Pensées) Le silence des espaces infinis répond au vacarme de plus en plus puissant qui règne sur la
Terre.

Teilhard s’interroge sur le devenir de la planète, elle même vouée à une mort certaine: ” Alors heure critique que celle où les humains s’éveilleront à la conscience collective de leur isolement en plein ciel.” (page 243)

Les hommes attendent pourtant quelque chose de ce monde .Positif comme toujours le Père envisage la Terre comme cernée par une sphère de spiritualité .Il entrevoit le réveil de l’humanité : “ Qui ne saurait se résoudre à disparaître simplement “Quand ils se sentiront réellement seuls au monde les hommes commenceront à s’aimer . ”(page 243). Naîtra alors la Grande Monade où
chacun travaillera à s’accomplir et à frayer son chemin vers un ailleurs spiritualisé . “ L’âme commune de tous ceux que leur isolement cosmique,dans l’amour et dans l’effort…...conduira à la naissance d’un mystérieux organisme produit de leur coalescence.”(page
246)
De toutes parts incessamment un peu d’esprit monte et s’évapore autour de la Terre”(.page 246) “ L’âme de chaque mort rejoint la sphère de conscience qui nimbe notre planète.”L’esprit se dégage de chaque unité cosmique attiré par le pôle des âmes
Un souffle spirituel ,venu on ne sait d’où , passe à travers les foules et après chaque catastrophe on le voit grandir et s’amplifier.

Cézanne écrit: ” Il y a devant nous un grand être de lumière et d’amour ,l’univers vacillant, l’hésitation des choses ”Puis ;”Je commence à me séparer du paysage ,à le voir.”
Suivons le.

Jeudi 21 Avril 2016 11:38